L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le quoi, le où, le pourquoi et le comment. Libre de choisir.

Écrire des sujets joyeux. Écrire dans la joie. Écrire avec joie. D’accord. Mais les sujets choisis dans nos romans ne sont pas toujours positifs. Ils ne nous rendent pas toujours satisfaits et heureux. De plus, comme dit l’adage: les gens heureux n’ont pas d’histoire. Il faut parfois aborder des thèmes et des sujets détestés de tous les lecteurs, dans un désir de témoignages, de partage, de compassion. Et j’avoue qu’il arrive même parfois, que ce sont les personnages qui imposent un passage obligé et que l’auteur·e n’en est que la transmission. Alors, comme on choisit d’écrire, il est possible aussi de choisir le ton du contenu. Ou à tout le moins, l’auteur·e choisit la façon de le dire et de le traiter. Si bien, qu’il est possible d’avoir des sujets joyeux avec certains passages plus difficiles, sombres ou ombrageux. 

Même si je suis auteure moi-même, je suis une bonne lectrice. Dans le sens où je m’insère dans une histoire, je joue le jeu et tout comme l’auteur·e, je fais les exercices du «comme si…» et/ou «et si…». J’aime la fiction, les extravagances ou les exagérations. J’aime connaître des personnages sympathiques, désagréables, menaçants, déstabilisants. Mais, inconditionnellement, je n’aime pas les fins négatives, noires ou tristes. Je suis une positive dans la vie. Et tout ce qui est choisi dans ma vie penche vers ce côté du prisme. 

J’ai encore souvenir d’une lecture d’un polar d’une auteure que j’adore qui a fait mourir un personnage, quand même plus que secondaire, et j’en ai été traumatisée. Parfois, on sent venir la mort d’un personnage, on pressent qu’il va se sacrifier. Mais ici, je parle d’autre chose, je parle d’une mort non prévue dans ma tête, un personnage qui est assassiné sans qu’on s’y attende. Et j’en suis encore perturbée. Beaucoup de frustration (parce qu’il y a quelque chose que j’ai complètement laissé passer pour ne pas avoir senti venir cela) ou le sentiment de trahison aussi (le choix de l’auteure m’a fait l’effet d’une trahison), comme si elle avait tout fait pour que je m’y attache, et me l’enlève ensuite, sans crier gare. Depuis ce jour, je ne lis plus jamais un polar de la même façon. Je ne fais comme plus confiance à l’auteur·e. J’ai comme perdu ma naïveté précieuse de lectrice, me permettant toujours d’être prise dans l’histoire, plutôt qu’en faire l’analyse. Et ça me dérange joliment.

Alors, je pense que la joie dans l’écriture, c’est un peu la même histoire qu’en lecture. Il faut qu’il y en ait de la joie, pour que le plaisir décuple. Sans que l’histoire soit cucul, ou qu’on la qualifie d’histoire à l’eau de rose. Un brin d’optimisme et de beauté n’a jamais mis en danger une histoire. Dans la vie, on peut voir le verre à moitié plein au lieu du verre à moitié vide. J’aime la plénitude. Je la préfère, et de loin, aux problèmes sans solutions, aux aventures létales et autres génocides de ce monde. J’aime la vie. Et je veux lire la vie. On peut trouver la lumière dans sa vie, suffit parfois de juste trouver les couleurs qui nous accompagnent, tout comme ceux qui la partageront. C’est pourquoi j’ai un profond désir d’écrire d’abord et avant tout le sens de la vie. À chacun son chemin. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

lilitherature.com

Tout est littérature

Polygone-Portail

Un site rond-point

Ma beauté chimique

Quand la beauté se mêle à la chimie ...

Cinq petites secondes

Pour tout décrire. Et puis c'est marre.

StéphanieÉcrit

Auteure de l'imaginaire

kathleen brassard

Auteure thriller policier

Ado 4v1

Rêver en marchant, accepter le changement.

Mots en Bulle

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le quoi, le où, le pourquoi et le comment. Libre de choisir.

crastinette & co

Chez Crastinette, procrastinez en toute liberté !

Actu Du Noir (Jean-Marc Laherrère)

« Quand j'ai finalement rattrapé Abraham Trahearne il était en train de boire des bières avec un bouledogue alcoolique nommé Fireball Roberts dans une taverne mal en point juste à la sortie de Sonoma, en Californie du Nord ; en train de vider le coeur d'une superbe journée de printemps. » James Crumley (Le dernier baiser)

Cultur'elle

Happycultrice

Jeux de mots et d’images

Le blogue personnel de Clément Laberge

L'Écriturien

« Épouse le présent, ne te marie jamais avec le passé. »

Une liseuse & des polices

Quelles polices installer sur une liseuse ?

EmOtionS - Blog littéraire

Chroniques, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF, fiction...

Les Tribulations de Coco

Lecture, Running, Tricot mais pas que ...

Le fil rouge

Les livres qui font du bien

Julie lit au lit

Art de lire & Alphabétisation

%d blogueurs aiment cette page :