L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

Archives de septembre, 2018

La connaissance de l’écriture

J’ai arrêté de chercher. Parce que j’ai trouvé. J’ai trouvé la richesse de l’écriture. J’ai donc arrêté de toujours rechercher les lois, les règles, les façons de faire sur l’écriture. J’ai arrêté de chercher ce que je ne sais pas en écriture, car parfois, cela permettait de m’éloigner de l’acte d’écrire. Avant d’oser croire en mon rêve d’écrire, je ne me sentais pas compétente ni encore moins prête pour me lancer dans un projet précis d’écriture. Pourtant, être en formation permanente est plus que souhaitable. Il nous rend alertes et jamais trop ancrés dans une routine pouvant tuer la création. J’en suis profondément convaincue. Mais si on veut écrire, la loi numéro un c’est d’écrire. Ne pas attendre. Oser. Se lancer. Sinon, on se laisse envahir par l’insécurité, et les jours sans écriture se succèdent, semaine après semaine, mois après mois. Et les excuses apparaissent et deviennent un piège presque confortable. Je m’y suis blottie pendant des années et finalement, j’ai uniquement retardé le plaisir de naître aux mots et aux images magiques de l’écriture.

Pour écrire un mot, pour trouver sa parole, il faut arrêter de se comparer. Il faut oser s’entendre, s’écouter, se laisser le droit de prendre la parole. La semaine dernière, alors que je parcourais les commentaires d’un Groupe de lecture, je m’arrête à une remarque d’un membre qui écrivait à peu près ceci: «Et si tu passes devant un présentoir de Guillaume Musso, tu passes droit. Tu mérites mieux.» Cette remarque condescendante avec le préjugé des «Littérateurs» m’a prise de court et m’a profondément indisposée. Je déteste ce genre de remarque des intellectuels, qui placent sur des trônes d’excellence des auteurs qui «méritent» des critiques positives et le pot-pourri pour tous les autres. Pour ma part, je lis des dizaines et des dizaines d’heures par semaine. Je lis de tout. Et je retire beaucoup de la plupart de mes

 lectures. Et ce ne sont pas les critiques ni les intellectuels qui me disent ce que je dois aimer ou non. J’aime être surprise, touchée, dérangée, horrifiée par mes lectures. Si après la fermeture d’un livre, je me sens différente, pour moi l’auteur·e a réussi son pari.

Si tu n’aimes pas un auteur, tu ne l’aimes pas. Point à la ligne. Ce n’est pas qu’il est mauvais, ce serait beaucoup présumer de ta valeur ou de ta supériorité. Chacun·e a son style d’écriture, son genre de lecture et ses auteurs·es favoris·ies. Laissons la différence nous rassembler et non nous diviser. J’en ai un peu marre de ces prétentieux·ses qui croient qu’ils ont des leçons à donner à autrui sur ce qui doit se lire ou non. Le plaisir des mots contient plein de saveurs plus intéressantes les unes que les autres. Laissez-vous charmer par la découverte. Aimez, appréciez, détestez ou même rejetez. Vous êtes libres de choisir vos lectures comme bon vous semble.

Le plaisir de lire est libre et joyeux. Alors, ne le polluez pas avec des considérations intellectuelles qui en brisent la magie. Et comme je répondais à ce membre dans mon groupe de lecture, je vous dirais: Tous les auteurs valent leurs mots.Chacun trouve dans ses lectures, ce dont il a besoin. Il n’y a pas de lectures meilleures que d’autres. Lire, c’est plus que de la littérature. Lire, c’est partager, rencontrer, se laisser atteindre par l’autre. Lire, c’est l’amour, quoi!

Publicités
kathleen brassard

Auteure thriller policier

Pour écrire un mot

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

Ado 4v1

Rêver en marchant, accepter le changement.

Mots en Bulle

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

crastinette & co

Chez Crastinette, procrastinez en toute liberté !

Actu Du Noir (Jean-Marc Laherrère)

« Quand j'ai finalement rattrapé Abraham Trahearne il était en train de boire des bières avec un bouledogue alcoolique nommé Fireball Roberts dans une taverne mal en point juste à la sortie de Sonoma, en Californie du Nord ; en train de vider le coeur d'une superbe journée de printemps. » James Crumley (Le dernier baiser)

Jeux de mots et d’images

Le blogue personnel de Clément Laberge

L'Écriturien

« Épouse le présent, ne te marie jamais avec le passé. »

Une liseuse & des polices

Quelles polices installer sur une liseuse ?

EmOtionS - Blog littéraire

Chroniques, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF, fiction...

Les Tribulations de Coco

Lecture, Running, Tricot mais pas que ...

Le fil rouge

Les livres qui font du bien

Julie lit au lit

Art de lire & Alphabétisation

lacavernedupolar.wordpress.com/

le blog des passionnés de polar

Les Mots clairs

Je vous aide à mieux écrire.

Julie les bons mots

Chroniqueuse, jeune auteur en herbe, Lifestyle et Toulousaine

Madame lit

Des livres québécois et d'ailleurs -Blogue littéraire

%d blogueurs aiment cette page :