L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

Archives de avril, 2016

C’est quoi la vie?

Dernièrement, j’ai vu sur Facebook un texte qui m’a assommée. J’y ai réalisé qu’on aime vraiment se gratter le bobo et faire tomber la galle! Voici ce que disait cette publication :

C’est quoi la vie?
Le succès à 2 ans : C’est de ne pas faire dans sa culotte.
Le succès à 3 ans : C’est d’avoir des dents.
Le succès à 12 ans : C’est d’avoir des amis.
Le succès à 18 ans : C’est d’avoir le permis de conduire.
Le succès à 20 ans : C’est de bien faire l’amour.
Le succès à 35 ans : C’est d’avoir de l’argent.
Et puis ça repart dans l’autre sens!!!
Le succès à 50 ans : C’est d’avoir de l’argent.
Le succès à 60 ans : C’est de faire encore l’amour.
Le succès à 70 ans : C’est d’avoir encore le permis de conduire.
Le succès à 75 ans : C’est d’avoir encore des amis.
Le succès à 80 ans : C’est d’avoir encore des dents.

Le succès à 85 ans : C’est de ne pas faire dans sa culotte.
Et c’est tellement vrai!!!

Quand je l’ai lu la première fois, j’ai ri. J’ai quand même le sens de l’humour! On le sait tous, c’est le genre de blague qu’on aime particulièrement au Québec : le cynisme. Mais, passé ce premier moment, j’ai eu un petit rire jaune. Car j’ai 60 ans et vieillir me taraude un peu, je l’avoue. Alors, c’est à partir de là que j’ai lu à un autre degré et que j’ai refusé ce cynisme.

Je me refuse de voir la vieillesse comme une dégénérescence. Comme un état de pertes continuelles ou vers une route qui nous amène vers le désenchantement. C’est tellement déprimant et défaitiste! Pourrait-on voir la vie avec le verre à moitié plein de temps en temps?

Vieillir, je l’avoue, ce n’est pas toujours rigolo. Vieillir nous apporte une perte de beaucoup de choses. Mais si on arrêtait de toujours regarder en arrière et comparer notre vie actuelle avec ce qu’on vivait à 20 ans. On n’a plus 20 ans, point à la ligne! Il faut vivre le moment présent : de tout temps, c’est ce qu’on nous apprend. Mais on tarde trop à le vivre comme tel. Vivre le maintenant. C’est ça l’important. Donc, pourquoi regretter toujours ce qu’on perd? La vie est changement. Il faut s’y adapter et réaliser que ce qu’on vit différemment n’est pas toujours moindre. Au contraire! C’est différent, c’est autre chose. Et j’y prends beaucoup de plaisir.

Reprenons cette publication et voyons autrement…

50 ans : Avoir encore de l’argent.
Oui, pour beaucoup l’arrêt du travail veut dire moins d’argent. Mais l’envers de la médaille, c’est qu’enfin on peut recommencer à penser à soi. Les enfants sont grands, souvent sur le marché du travail, alors on peut enfin penser à nous-mêmes. Et les dépenses sont tout de même moindres que quand les enfants étaient à la maison. Donc, reprendre le contrôle de ses finances, selon nos propres priorités. Avouez que c’est stimulant. Voir autrement nos besoins. Et faire sienne cette maxime merveilleuse : on vit toujours avec ce qu’on a!

60 ans : Faire encore l’amour
Oui, continuer de faire l’amour, mais avec plus de lenteur, moins souvent, mais aimer tendrement. Faire l’amour c’est bien, mais aimer c’est toujours bien. Aimer. Prendre le temps d’aimer, d’apprécier, de voir, de ressentir. Aimer chaque minute, chaque jour. Se donner de petits plaisirs. À défaut du Wow! Choisir du Hum! Plein de saveurs.

70 ans : avoir encore le permis de conduire
Oui, pour beaucoup d’hommes et de plus en plus de femmes, c’est essentiel. Mais marcher devrait l’être davantage car si on ne marche pas, tout rouille! Il y a toujours l’autobus, le covoiturage, le partage. Et avouons-le, à 70 ans, on aime bien être chez-soi, on aime bien notre petit confort. Et pour sortir, on peut essayer de demander. Des fois, on fait plaisir à quelqu’un de se rendre utile.

75 ans : avoir encore des amis
Ici encore, il faut être honnête c’est difficile de voir partir un à un les membres de son entourage, les gens de son âge qui vieillissent plus mal et qui nous quittent. Mais on peut toujours avoir des amis. Comme personne n’est irremplaçable, pourquoi se priver d’avoir de nouveaux amis? Si on ne veut pas aller vers l’autre, il ne faut pas se plaindre d’être seul. Avoir des amis est toujours possible, qu’importe l’âge. Ça peut être une voisine, un petit-fils, une préposée… Qu’importe. Suffit de voir et d’apprécier. Vouloir aussi, c’est important et essentiel. Vouloir.

80 ans : avoir encore des dents
J’ai perdu mes dents à 15 ans. Vive les dentiers! Alors… Manger mou, c’est bon aussi : du ragoût avec de la mie de pain, des céréales pour bébés, des oeufs brouillés ou des omelettes, du blanc-manger, j’en mange depuis l’âge de 20 ans, par goût. Pourquoi toujours se plaindre? On s’adapte, c’est tout. Quand on bouge moins, on a moins faim. Et de toute façon, on mange vraiment mal. Qui prend la peine de mastiquer comme il se doit? On avale souvent tout rond ce qu’on se met dans la bouche, qu’on ait des dents ou non.

85 ans : ne pas faire dans sa culotte
Ici c’est plus délicat, je l’avoue. Mais c’est souvent le cas de bien des femmes avant la vieillesse. Petits désagréments de grossesse. Mais il faut faire les exercices suggérés, s’aider des ressources pratiques que nous offre le marché. Et si accidents il y a, ils nous permettront de recevoir une leçon d’humilité. Toutes les occasions sont bonnes pour travailler sur soi. Quand le physique ne suit plus, il faut en prendre son parti et voir autrement sa façon d’être, de se mouvoir et de se comporter dans notre quotidien. On n’est pas que le physique.

Et qu’importe l’âge qu’on a, l’humour nous permettra toujours d’y ajouter un grain de sel, de relativiser les mauvaises sensations et les méfaits de l’existence. La vie est belle. Difficile, étrange parfois, mais elle est belle. Faut juste regarder au bon endroit, se couvrir de bienveillance, prendre le temps du moment présent et vivre pour soi d’abord, et avec toutes les personnes qu’on aime infiniment.

P.S. À remarquer qu’on parle ici de succès. Changeons donc notre lorgnette de bord. Oublions la quête du succès à tout prix. Recherchons plutôt le bonheur.

Publicités
Ado 4v1

Rêver en marchant, accepter le changement.

Mots en Bulle

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

crastinette & co

Chez Crastinette, procrastinez en toute liberté !

Actu Du Noir (Jean-Marc Laherrère)

« Quand j'ai finalement rattrapé Abraham Trahearne il était en train de boire des bières avec un bouledogue alcoolique nommé Fireball Roberts dans une taverne mal en point juste à la sortie de Sonoma, en Californie du Nord ; en train de vider le coeur d'une superbe journée de printemps. » James Crumley (Le dernier baiser)

Jeux de mots et d’images

Le blogue personnel de Clément Laberge

L'Écriturien

« Épouse le présent, ne te marie jamais avec le passé. »

Une liseuse & des polices

Quelles polices installer sur une liseuse ?

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

Les Tribulations de Coco

De la lecture, du running, du tricot mais pas que ...

Le fil rouge

Les livres qui font du bien

Julie lit au lit

Le blogue de lecture qui redonne à des organismes œuvrant en alphabétisation.

lacavernedupolar.wordpress.com/

le blog des passionnés de polar

Julie les bons mots

Chroniqueuse, jeune auteur en herbe, Lifestyle et Toulousaine

Madame lit

Des livres québécois et d'ailleurs -Blogue littéraire

Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

"Je ne suis que ce qui me maintient à distance du monde". Thomas Vinau.

2Martínez

Página oficial de Omar martinez, juliette martinez, 2 martinez

%d blogueurs aiment cette page :