L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

Archives de décembre, 2014

On a toujours le choix

Je suis une femme libre. J’ai beaucoup de difficulté à entendre quelqu’un me dire: « Je n’ai pas le choix ». Car je suis profondément convaincue que dans la vie, on a toujours le choix.

Mais, il y a des conséquences à nos choix. Et je crois que ce sont ces conséquences que nous refusons dans notre vie. Alors, nous affirmons : « Je n’ai pas le choix ». Mais ce n’est pas tout à fait la vérité.

Prenons un exemple: Beaucoup de femmes, dont j’ai fait partie, ont choisi de demeurer à la maison pendant la petite enfance de leurs enfants. Elles sont plusieurs quoique minoritaires. Elles ont choisi de se retirer du travail actif pendant quelques années, alors que la majorité des femmes continue de travailler à l’extérieur. Je ne ferai jamais de jugement de valeur sur l’un ou l’autre choix car c’est la grande richesse de la société actuelle: les femmes ont le pouvoir de choisir. Mais ce que je veux critiquer ici, c’est le discours de beaucoup de femmes qui disent : »Je n’ai pas le choix, il faut que je travaille », alors que plusieurs parmi celles qui tiennent ce discours ont le choix, mais refusent les conséquences de ce choix.

On s’entend que si la famille décide de se priver d’un salaire pendant plusieurs années, le revenu familial n’est plus le même. On doit souvent garder une seule voiture, remettre à plus tard les projets de vacances, l’achat d’un nouvel ordinateur, d’un système de son, même différer l’achat d’une maison. On doit faire des choix et déterminer les priorités. Même la vie de la femme en est complètement bouleversée: je me suis retirée du marché du travail pendant 13 ans et pour le calcul de mon Régime des rentes du Québec, on a inscrit treize fois un beau 0$, calculant ma moyenne avec ces 0$, ce qui donne un calcul de rentes « quelque peu » diminué! Et je ne parlerai pas de toute la pression sociale, des gens qui te jugent comme une personne moins intéressante: « Ah, tu ne travailles pas? » Comme si le travail à la maison était inexistant avec de jeunes enfants! Tout le jugement et le mépris qui se transmettent dans cette réflexion! C’est aussi ce que je veux dire par « conséquences » ou dommages collatéraux de nos choix. Donc, nous pouvons choisir, mais nous hésitons à perdre des avantages et des privilèges.

Toutefois, pour certaines femmes, rester à la maison au lieu de travailler à l’extérieur ne les intéresse tout simplement pas. Et c’est leur droit le plus absolu. Un point c’est tout. Mais soyons honnêtes et cessons de nous donner bonne conscience et de nous convaincre que la vie ne nous donne pas le choix. Comprenez-moi bien: il est parfaitement légitime de refuser ces choix ou de refuser les conséquences de nos choix. Personne ne peut nous y obliger! Mais ce qui m’énerve un peu, c’est le discours qui tente de faire croire « qu’on n’a pas le choix », alors que c’est tout autre chose.

Prenons un autre exemple. Si quelqu’un me dit: « Je voudrais cesser de travailler pour cette compagnie mais j’ai peur (ou je n’ai pas le goût) de changer de boulot (ou d’entreprise). » Ou encore: « Je déteste ce job mais je le connais bien maintenant, c’est moins stressant. » Alors je dirais: « Ça c’est honnête! » Mais si on me dit: « J’aimerais ça partir mais je n’ai pas le choix, il faut que je travaille. » Là, il y a un petit mélange de réalité. Nous sommes toujours libre de choisir. Mais, il faut vivre avec les contraintes et les conséquences de nos choix. C’est cela la réalité. Même ne pas choisir est un choix.

Alors, quand on décide de garder un emploi même si on ne l’aime pas, après s’être interrogé et avoir analysé la situation et qu’on a choisi chaque matin de retourner à ce travail, on ne se lève plus jamais dans le même esprit. On retourne au travail non pas comme victime d’un job qui nous déplaît, mais comme une personne libre qui a choisi de garder son travail — soit parce qu’il est bien payé, soit parce que le travail est facile ou intéressant (ou les deux), soit parce que les collègues sont agréables, etc. Qu’importe! Mais on a choisi de rester, malgré les conséquences. Libre de choisir.

Soyons honnêtes avec nous-mêmes et avec les autres. Cessons de nous donner un rôle de victime et assumons nos choix. Si nous faisions face à la réalité et aux contraintes de nos vies avec franchise, je crois que celles-ci seraient tout simplement plus faciles. Notre regard sur le monde ne serait pas du tout le même. Notre réalité de vie serait celle qu’on a choisie. Et si ce n’est pas encore le cas, il est toujours temps de faire le tour de la situation et de faire nos choix. On a toujours le choix.

P.S. Malheureusement, la maladie et la mort sont l’exception à cette règle. On ne choisit pas la maladie, ni la mort. On peut tout juste choisir l’attitude qu’on aura devant celles-ci.

ET VOUS, QU’EN PENSEZ-VOUS? LAISSEZ MOI VOS COMMENTAIRES.

Publicités
kathleen brassard

Auteure thriller policier

Pour écrire un mot

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

Ado 4v1

Rêver en marchant, accepter le changement.

Mots en Bulle

L'écriture, c'est la liberté de sélectionner les mots. De choisir le Quoi, le Où, le Pourquoi et le Comment. Libre de choisir.

crastinette & co

Chez Crastinette, procrastinez en toute liberté !

Actu Du Noir (Jean-Marc Laherrère)

« Quand j'ai finalement rattrapé Abraham Trahearne il était en train de boire des bières avec un bouledogue alcoolique nommé Fireball Roberts dans une taverne mal en point juste à la sortie de Sonoma, en Californie du Nord ; en train de vider le coeur d'une superbe journée de printemps. » James Crumley (Le dernier baiser)

Jeux de mots et d’images

Le blogue personnel de Clément Laberge

L'Écriturien

« Épouse le présent, ne te marie jamais avec le passé. »

Une liseuse & des polices

Quelles polices installer sur une liseuse ?

EmOtionS - Blog littéraire

Chroniques, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF, fiction...

Les Tribulations de Coco

Lecture, Running, Tricot mais pas que ...

Le fil rouge

Les livres qui font du bien

Julie lit au lit

Art de lire & Alphabétisation

lacavernedupolar.wordpress.com/

le blog des passionnés de polar

Les Mots clairs

Je vous aide à mieux écrire.

Julie les bons mots

Chroniqueuse, jeune auteur en herbe, Lifestyle et Toulousaine

Madame lit

Des livres québécois et d'ailleurs -Blogue littéraire

%d blogueurs aiment cette page :